En-tête de la lettre d'information

AI & You #6 : L'IA générative ne se soucie pas de vos droits d'auteur, pour l'instant !

Bonjour Abonné,


Cette semaine, nous nous penchons sur la question en constante évolution de la propriété des contenus et du droit d'auteur sur les contenus générés par l'IA. Qu'il s'agisse de savoir qui détient les droits sur le contenu créé par l'IA ou de découvrir des stratégies visant à atténuer les risques potentiels liés au droit d'auteur des MLD, nous élaborons une feuille de route utile pour naviguer dans les eaux quelque peu embrouillées de l'IA et de la législation sur le droit d'auteur. Si vous avez des questions sur la manière dont votre entreprise peut tirer parti de l'IA générative tout en respectant le droit d'auteur, envoyez-nous un commentaire ou un message et nous serons ravis de vous aider.


N'hésitez pas à vous abonner, à partager et à aimer si vous appréciez le contenu !


Dans le monde de l'innovation numérique, qui évolue rapidement, des questions urgentes font continuellement surface, remettant en cause notre compréhension du statu quo. L'une de ces questions se situe à l'intersection du droit d'auteur et de l'intelligence artificielle. En tant que IA générative Les plateformes telles que ChatGPT deviennent de plus en plus avancées et répandues, elles introduisent de nouvelles complexités qui vont à l'encontre de nos structures juridiques existantes.

L'intersection de l'IA générative et du droit d'auteur

L'imbrication de l'IA générative et du droit d'auteur pose un dilemme complexe. Ces modèles d'IA, dans leur phase d'apprentissage, peuvent consommer de grandes quantités de contenu protégé par le droit d'auteur provenant de l'internet, y compris des articles, des rapports protégés par le droit d'auteur et des variations d'œuvres d'art, entre autres. Cela soulève une question cruciale : La création de résultats originaux par un modèle d'IA, après avoir été entraîné sur du contenu protégé par le droit d'auteur, constitue-t-elle une violation du droit d'auteur ?



Défis et débats juridiques

Débats et défis juridiques laissent présager ce qui sera probablement un changement important dans la législation sur le droit d'auteur. Des artistes ont récemment intenté des actions en justice contre des créateurs de systèmes d'IA et des entreprises technologiques, alléguant que leurs œuvres avaient été indûment utilisées pour entraîner des modèles d'IA.


La position de l'UE sur l'IA et le droit d'auteur

Alors que les États-Unis se débattent avec ces questions complexes, l'Union européenne (UE) prend des mesures proactives pour résoudre le problème. L'UE est en train de rédiger le Loi sur l'IAqui pourrait établir les premières lois globales régissant l'IA dans le monde.


https://skimai.com/who-owns-the-rights-to-ai-generated-content/

Comment atténuer les risques liés au droit d'auteur à l'ère de l'IA générative ?

Avec tous ces défis mis à nu, la question demeure : comment pouvons-nous naviguer et atténuer les risques potentiels en matière de droit d'auteur inhérents à l'ère de l'IA générative ?


Comme les systèmes d'IA générative produisent un contenu semblable à celui des humains en puisant dans de vastes quantités de données d'apprentissage, ils croisent inévitablement le chemin de la riche quantité de propriété intellectuelle présente sur l'internet. Bien que ces systèmes d'IA ne reproduisent pas explicitement le contenu qu'ils ont consommé, la possibilité de générer par inadvertance des résultats trop similaires au matériel existant protégé par des droits d'auteur est réelle.


Données de formation et processus de formation

La qualité et la nature des données utilisées pour former les modèles d'IA jouent un rôle déterminant dans la détermination de leurs capacités et, par conséquent, de leur potentiel à enfreindre par inadvertance les lois sur le droit d'auteur. Le processus de formation consiste à introduire de grandes quantités de données dans un système d'IA, ce qui lui permet d'apprendre, de s'adapter et de produire des résultats. Toutefois, ce processus présente également un risque de violation du droit d'auteur si les données d'apprentissage comprennent des contenus protégés par le droit d'auteur.


Le processus de formation, dans sa forme actuelle, n'implique généralement pas de mécanismes qui vérifient la présence de matériel protégé par le droit d'auteur dans les données de formation. Toutefois, cette situation est en train de changer. Les développeurs d'IA devront intégrer dans le processus de formation des mesures de protection permettant de détecter les violations potentielles du droit d'auteur et de les prévenir.

Protéger les utilisateurs finaux, les organisations et les développeurs


Lorsque nous examinons les multiples facettes de la complexité entourant la violation du droit d'auteur et l'IA générative, le rôle des utilisateurs finaux ne peut être sous-estimé. Nombre d'entre eux ne sont probablement pas conscients des implications juridiques potentielles liées à l'utilisation de produits générés par l'IA. Ils peuvent se protéger en demandant des garanties aux fournisseurs d'IA (pensez aux clauses d'indemnisation dans les contrats ou les accords).



Pour les organisations et les développeurs, une nouvelle opportunité se présente : la modification et l'utilisation de grands modèles linguistiques (LLM) formés exclusivement à partir d'informations gratuites et sous licence Creative Commons. En outre, les LLM privés pourraient être personnalisés avec des contraintes supplémentaires ou des "garde-fous", afin de s'assurer qu'ils n'ingèrent pas d'informations confidentielles ou propriétaires.


Adopter une attitude proactive pour atténuer les risques liés au droit d'auteur grâce à des mesures comme celles-ci permet non seulement d'éviter d'éventuels problèmes juridiques, mais aussi de contribuer à un écosystème de l'IA sain et durable.


https://skimai.com/mitigate-copyright-risks-of-generative-ai/


Merci d'avoir pris le temps de lire AI & YOU !


*Skim AI est un cabinet de conseil en Machine Learning et en Intelligence Artificielle qui forme les cadres, effectue une due-diligence, conseille, architecture, construit, déploie, maintient, actualise et met à niveau l'IA d'entreprise à travers des solutions basées sur le langage (NLP), la vision (CV) et l'automatisation.


*Discutez avec moi de l'IA d'entreprise

*Suivez Skim AI sur LinkedIn

fr_FRFrançais